Allaitement maternel : des erreurs à ne pas commettre

Allaitement maternel : des erreurs à ne pas commettre

Regarder l’horloge
Avant, c’était la norme. Entre une tétée et la suivante, on a suggéré aux nouvelles mères de faire une pause de deux heures et demie.

Retrouvez dans ce guide les comparatifs des meilleurs stérilisateurs électrique.

En fait, l’horaire est adapté à l’alimentation artificielle et non à l’allaitement maternel. La mère qui allaite n’a pas besoin d’une horloge ; c’est son bébé qui lui indique quand il est temps de téter !
En observant le bébé et en répondant à sa demande, la mère s’assurera de le nourrir correctement. Le lait maternel est parfaitement digestible, donc le bébé l’assimile en peu de temps et sa composition change continuellement, pendant la journée et même pendant la même tétée. Il peut arriver qu’au cours de la dernière tétée, le bébé ait pris un lait particulièrement riche en lactose, donc “plus léger” et rapidement assimilable, et qu’après une demi-heure il ait déjà digéré. Si la mère, au lieu de le rattacher au sein lorsqu’elle montre qu’elle veut téter, décide d’attendre une heure fixe, le bébé devra endurer l’inconfort de la faim pendant un long moment !

Nourrir votre bébé à heure fixe
Comme il est insensé de regarder l’horloge pour savoir quand votre bébé devrait manger, il n’est absolument pas indiqué d’établir la durée de l’alimentation unique. Même aujourd’hui, il peut arriver qu’il soit recommandé à la nouvelle mère d’allaiter seulement dix minutes par sein. Un avertissement qui, cependant, ne tient pas compte de la composition particulière du lait maternel qui, comme nous l’avons dit, change pendant l’alimentation. Au début, le bébé reçoit un lait plus riche en lactose, désaltérant mais moins nutritif. Dans la deuxième partie de l’alimentation, en revanche, il prend une nourriture plus substantielle qui va le faire pousser. Si vous interrompez le repas de votre bébé après une heure prédéterminée, vous risquez de le priver du lait le plus nutritif possible.
De plus, tous les bébés ne sont pas pareils : il y a des nouveau-nés qui tètent avec voracité et en quelques minutes ils se détachent spontanément du sein et d’autres qui mettent plus de temps à recevoir la quantité de lait correspondant à leurs besoins. Encore une fois, le conseil est de faire confiance à votre bébé et de lâcher l’horloge ! Lorsque le bébé est rassasié, il se détache spontanément du sein ou s’endort satisfait dans les bras de la mère.

Sur la balance à chaque tétée
C’est une autre coutume qui était autrefois la norme, mais qui a ensuite été abandonnée parce qu’elle n’offrait pas d’informations utiles et risquait d’inquiéter inutilement la nouvelle mère. Il s’agit de l’habitude de peser le bébé avant et après l’allaitement pour vérifier combien il mangeait, une pratique aujourd’hui fortement découragée pour les bébés nés à terme et en bonne santé. La raison est à nouveau liée à la composition du lait et au changement de cette composition au cours de la journée. Il peut arriver, en effet, qu’au cours d’une tétée, le bébé reçoive quelques grammes d’un lait très gras et nutritif. La réponse de l’équilibre est alors décourageante, alors qu’en réalité l’enfant vient de prendre un bon repas copieux ! D’autres fois, cependant, le bébé peut avoir pris une centaine de grammes, mais un lait plus léger qui sera digéré dans la demi-heure… Il est donc clair que les informations obtenues par double pesée ne sont pas vraiment importantes pour comprendre si le bébé tète correctement.

Ignorer la douleur mammaire
Les rats sont l’une des principales causes de l’arrêt précoce de l’allaitement. La douleur causée par des lésions et/ou des fissures sur la peau du mamelon est en effet très intense et peut transformer l’allaitement en un moment de grand inconfort pour la mère. Pour cette raison, il est important de ne pas sous-estimer la douleur, en pensant que si vous résistez, elle passera. Souvent, en fait, le problème est causé par une attaque incorrecte du sein par le bébé, qui ne prend que le mamelon dans la bouche au lieu d’une bonne partie de l’aréole. En changeant la ” prise ” du bébé, même les garçons guérissent graduellement. Mais que pouvons-nous faire en attendant pour soulager l’inconfort et favoriser la guérison ? Il vaut mieux éviter d’utiliser des sujets et des désinfectants qui risquent encore plus de dessécher et/ou d’irriter la peau et qui doivent également être enlevés avec précaution avant l’alimentation. La mère peut plutôt répandre quelques gouttes de lait sur le mamelon, qui a des propriétés antibactériennes et cicatrisantes et éviter pendant quelques jours l’utilisation possible de tasses absorbant le lait, qui créent un environnement chaud et humide et ralentissent la cicatrisation.