Pourquoi utiliser la technologie ?

technologie photo

Les outils technologiques peuvent renforcer les capacités des élèves, révolutionner leur façon de travailler et de penser, et leur donner un nouvel accès au monde.

Si nous supprimions tous les ordinateurs des écoles demain, cela ferait-il une grande différence dans les connaissances et les compétences dont les élèves feraient preuve à la fin de leurs études ? Probablement pas. Et si nous retirions tous les ordinateurs des entreprises demain ? La plupart des entreprises trouveraient qu’il est presque impossible de continuer.

Comment se fait-il que les écoles ne soient pratiquement pas affectées par la présence d’ordinateurs ? Comme le décrit D’Ignazio (1993), les entreprises ont construit des autoroutes électroniques tandis que l’éducation a créé un chemin de terre électronique. Et parfois, sur une route de terre, il est tout aussi facile de sortir et de marcher.

Les ordinateurs et les autres technologies offrent-ils moins aux éducateurs qu’aux entreprises ? De nombreux éducateurs répondraient par l’affirmative, estimant que la nature humaniste de l’éducation rend les ordinateurs et autres technologies moins utiles. Cependant, un nombre croissant d’éducateurs font l’expérience de la puissance de la technologie.

Malgré la tendance populaire à assimiler les ordinateurs et autres outils électroniques de haute technologie au terme de technologie, la définition comprend deux éléments : un produit – l’outil qui incarne la technologie – et un processus – la base d’information de la technologie. Les produits technologiques et leurs processus systématiques ont tous deux beaucoup à offrir aux écoles.

Selon John Naisbitt dans Megatrends, les nouvelles technologies passent par trois étapes (1982). Au cours de la première étape, la nouvelle technologie suit la “ligne de moindre résistance”, vers un marché prêt. Au cours de la deuxième étape, les utilisateurs améliorent ou remplacent les technologies précédentes par la nouvelle technologie. Enfin, au cours de la troisième étape, les utilisateurs découvrent de nouvelles fonctions pour la technologie, en fonction de ses potentialités. Ils se demandent : “Que pouvons-nous faire maintenant qui n’était pas possible auparavant ? En ce qui concerne l’utilisation pédagogique des technologies électroniques modernes, nous venons d’entrer dans cette troisième phase.

L’utilisation des technologies dans les écoles

Depuis un certain temps déjà, les éducateurs utilisent l’ordinateur au stade deux : ils créent des puzzles, donnent des instructions, évaluent les progrès des élèves et produisent des rapports. Mais contrairement à leur utilisation dans le monde des affaires, les technologies informatiques en classe ont augmenté, plutôt que diminué, la charge de travail des enseignants. De nombreux enseignants avec lesquels nous avons parlé ont déclaré que l’ordinateur passe plus de temps éteint que rallumé, et que l’argent dépensé pour entretenir l’ordinateur aurait pu être mieux dépensé pour d’autres matériels pédagogiques. Ces enseignants ont du mal à justifier l’existence de l’ordinateur en classe. De nombreuses écoles ont ajouté des ordinateurs en réponse à la demande des parents, plutôt qu’à un besoin impérieux.

En revanche, les éducateurs qui sont passés à la troisième étape se demandent : “Comment ces nouveaux outils peuvent-ils contribuer à une expérience éducative plus puissante ? Ces éducateurs sont à la recherche d’un changement de paradigme, et pas seulement d’un moyen de serrer les outils technologiques entre les briques existantes des pratiques éducatives d’hier.

Ils commencent leur recherche en utilisant le processus de la technologie pour déterminer les besoins et concevoir des solutions appropriées (voir Banathy 1991, Reigeluth 1991). Ils évaluent les demandes futures de leurs diplômés et les caractéristiques de leurs étudiants et de la communauté. Ils examinent ce que l’on sait du processus d’apprentissage et ils étudient les outils et les techniques disponibles. Une fois leur évaluation terminée, ils conçoivent plusieurs solutions de rechange. Les éducateurs de la troisième étape comprennent que c’est ce que l’élève fait qui compte. Ce n’est qu’après avoir déterminé ce que les élèves doivent faire qu’ils déterminent les rôles appropriés pour les professionnels et les outils technologiques.

Les 5 principales raisons d’utiliser la technologie

Dans la troisième étape, les éducateurs utilisent la technologie comme partie intégrante de l’apprentissage. Voici une liste des dix principales raisons d’utiliser la technologie.

Les élèves apprennent et se développent à des rythmes différents. La technologie permet d’individualiser l’enseignement. Grâce à des réseaux informatiques appelés systèmes d’apprentissage intégrés, les enseignants peuvent prescrire des parcours d’apprentissage individuels aux élèves. De tels systèmes offrent des milliers de leçons couvrant les mêmes compétences de base qui sont maintenant enseignées de manière verrouillée par le biais de manuels scolaires à des groupes d’étudiants ayant des antécédents, des intérêts et des motivations incroyablement différents. Grâce à un système d’apprentissage intégré, les élèves peuvent progresser à un rythme approprié dans un environnement non menaçant, en développant une base solide de compétences de base plutôt que les bases chancelantes que crée souvent une progression basée sur un calendrier.
Les diplômés doivent être capables d’accéder à l’information, de l’évaluer et de la communiquer. Les technologies éducatives peuvent, par leur conception, inciter les étudiants à soulever des questions de recherche, à participer à des débats, à formuler des opinions, à s’engager dans la résolution de problèmes et la réflexion critique, et à tester leur vision de la réalité. Les outils et les ressources en ligne permettent aux élèves de recueillir et d’évaluer efficacement des informations, puis de communiquer leurs réflexions et leurs conclusions. Cette communication peut nécessiter de la lecture, de la réflexion, de l’écriture, la création de tableaux, de graphiques et d’autres images, ou l’organisation et la production d’informations à l’aide de tableurs et de bases de données.
La technologie peut favoriser une augmentation de la quantité et de la qualité de la réflexion et de l’écriture des élèves. L’une des réussites les mieux documentées en matière d’informatique dans l’enseignement est peut-être le développement de l’écriture des élèves. Plusieurs caractéristiques des traitements de texte semblent réduire la phobie souvent associée à l’écriture. L’écriture à l’ordinateur a un aspect temporaire, ce qui facilite la prise de risques créatifs et grammaticaux. Les difficultés de motricité fine requises par l’écriture manuscrite ne sont généralement pas transférées au clavier ; le traitement de texte peut donc réduire la frustration. L’édition et la révision peuvent se faire presque aussi vite qu’on le pense, et les produits finis imprimés à partir d’un traitement de texte ont une qualité professionnelle qui génère un sentiment d’accomplissement.
Les diplômés doivent résoudre des problèmes complexes. Les compétences de traitement de haut niveau ne peuvent pas être “enseignées” au sens traditionnel du terme ; elles ne peuvent pas être transférées directement de l’enseignant à l’apprenant. Les étudiants doivent développer ces compétences pour eux-mêmes, avec un encadrement approprié. Ils doivent se débattre avec les questions qu’ils ont posées et chercher leurs propres réponses.
Un ensemble d’applications informatiques souvent appelées “outils de productivité” pourrait révolutionner la façon dont les étudiants travaillent et, plus important encore, la façon dont ils pensent. Les bases de données, les tableurs, la conception assistée par ordinateur, les programmes graphiques et les programmes de création multimédia (programmes permettant de créer des présentations ou des leçons sur ordinateur) permettent aux étudiants d’organiser, d’analyser, d’interpréter, de développer et d’évaluer leur propre travail de manière indépendante. Ces outils amènent les élèves à résoudre des problèmes précis, ce qui leur permet de réfléchir à ce qu’ils veulent accomplir, de tester et de retester rapidement les stratégies de solution et d’afficher immédiatement les résultats.
La technologie peut favoriser l’expression artistique. Les formes d’art modernes basées sur la technologie (production vidéo, photographie numérique, animation sur ordinateur, etc.) sont très attrayantes et encouragent l’expression artistique au sein de notre population étudiante diversifiée. Ces outils fournissent des formes de communication artistique aux élèves qui ont été contraints par les options traditionnelles de communication verbale et écrite, et ils augmentent la motivation et favorisent les compétences créatives de résolution de problèmes, car les élèves évaluent les nombreuses manières possibles de communiquer des idées.